Catégories
Articles

Pourquoi faire une différence entre les gays et les « queer » ?

Un rapport[1] de l’Institut Williams de l’UCLA School of Law a posé des données scientifiques derrière le nombre de personnes qui s’auto-identifient « queer » aux USA. Si l’on en crois cette source, seulement 6% de la communauté LGBT s’identifie queer, 47% s’identifient lesbiennes ou gays, 40% s’identifient bisexuels et 7% s’identifient comme « autre ».


Le féminisme radical fait une différence primordiale entre deux parties de la communauté LGBTQ+. Nous séparons les personnes LGB (attirées par le même sexe) de tout le reste. Et le reste est tellement varié que nous allons sans doute faire un glossaire contenant toutes les identités ou groupement d’identités associées à la communauté LGBT. Mais les principales sont bien-sûr transgenre, queer, intersexe, asexuel/aromantique.

Il en existe beaucoup d’autres, qui rentrent soit dans la catégorie des sexualités (pansexuel, omnisexuel, demisexuel…) soit dans la catégorie de l’identité de genre (agenre, non-binaire, maverick, genderfluid/genderflux, genderqueer…). Ces identités n’ont rien à voir avec les LGB, et nous voulons explorer pourquoi dans cet article. Dans le but d’éviter de prendre chaque identité une par une, ce qui serait impossible puisqu’elles sont infinies, nous allons les regrouper.

Le but ici est d’expliquer notre vision sur la communauté LGBT moderne et ce qu’elle est devenue par rapport à ses origines, tout en émettant une critique constructive.

Les LGB

L’acronyme LGB désigne les lesbiennes, hommes gays et personnes bisexuelles. Le but est de rassembler au même endroit toutes les personnes qui peuvent souffrir d’homophobie en raison de leur attirance (exclusive ou non) pour le même sexe. Historiquement les bisexuels ont toujours été ambiguës de par leur capacité à être attiré par l’autre sexe, il existe donc des espaces réservés aux LG autant que des endroits pour les bisexuels.

L’orientation sexuelles d’une personne est un descriptif : elle décrit par qui quelqu’un peut être attiré, en relation à son propre sexe et à celui de l’autre personne. Cela ne décrit pas la manière dont une personne ressent de l’attirance, ni une préférence. Simplement par quel sexe une personne a la capacité d’être attirée.

Les personnes LGB sont la raison derrière l’existence de la communauté en tant que telle. Les premières associations ont été crées par des hommes gays[2], puis par des lesbiennes, qui réclamaient des droits humains malgré leur différence[3]. Ces demandes étaient entre autre le droit de garder leur travail, de vivre en famille, d’avoir des enfants via l’adoption, de se marier, etc. En gros, d’avoir une vie normale.

L’homophobie, la haine des personnes homosexuelles, est une haine basée sur un biais moral. Cela signifie que l’homosexualité est un état neutre, qui n’indique rien de bien ou de mal pour les personnes qui le sont. En revanche, empêcher une personne de vivre son homosexualité peut avoir des conséquences négatives pour cette personne. Pour cette raison, l’homophobie n’a aucun fondement moral, et il est toujours possible de réfuter un avis homophobe, puisqu’il n’y a aucune raison de critiquer l’homosexualité en tant que telle.

Les personnes homosexuelles vivent encore énormément de discriminations de nos jours. L’homophobie est une des oppressions systémiques les plus meurtrières, avec la misogynie et le racisme. Dans le monde, il existe encore de nombreux pays dans lesquels l’homosexualité est illégale, voir passible de peine de mort. En Europe et en France, bien que le mariage soit autorisé, il reste encore de nombreuses barrières sociales à l’égalité entre les LGB et les hétéros.

Les homosexuels perturbent l’équilibre du patriarcat en ne conformant pas aux règles sur l’hétérosexualité. Les hommes qui ne sont pas intéressés par les femmes et les femmes qui ne sont pas intéressées par les hommes sont une menace pour le discours hétéropatriarcal, selon lequel le rôle naturel des hommes et des femmes et dans le modèle classique de la famille nucléaire. Les homosexuels souffrent de l’institution du genre, tout comme les femmes.

Ces raisons nous font prioriser les personnes LGB dans nos combats, et ce peu importe leur identité. Cela signifie qu’une personne de couleur, une personne transgenre, une personne handicapée, etc. sera inclue dans les combats pour la lutte homosexuelle à partir du moment où elle n’est pas hétéro, à savoir attirée uniquement par l’autre sexe.

Les personnes trans

La transidentité est un terme parapluie, qui englobe toutes les personnes dont le genre assigné n’est pas le même que le genre souhaité. Il existe une infinité de micro-identités pour décrire les genres de chaque individu, mais on peut généralement dégager quelques catégories générales : Les hommes et les femmes trans (dont le genre est l’opposé de celui assigné), les personnes genderfluides (dont le genre évolue au cours du temps), les personnes agender (qui ne considèrent pas avoir de genre) et les personnes non-binaires. Cette dernière catégorie est très large et englobe tout ce qui ne rentre pas dans le reste.

Pourquoi séparer les personnes trans des LGB ? Il y a plusieurs raisons, mais la principale est que les problématiques des personnes trans n’ont rien à voir avec les problématiques des personnes homosexuelles, et sont parfois dangereuses pour ces dernières. Les homosexuels souffrent de la comparaison[4]. On voit souvent des articles parlant de la promotion des droits LGBT+, sans savoir de ce qu’il retourne vraiment. Si une université à simplifié les démarches de changement de nom ou construit des toilettes neutres, il ne s’agit pas de droits des personnes homosexuelles, qui ne bénéficient pas du tout de ces initiatives.

Nous recherchons la clarté quand nous parlons et lisons. Nous voulons savoir de quoi il est question, et nous voulons que les gens sachent de quoi nous parlons. Puisque les deux n’ont rien à voir en pratique, nous voyons un intérêt à faire la différence. Et, comme signalé plus haut, les initiatives en faveur des trans se font parfois au détriment des personnes homosexuelles (inclure des femmes trans dans un club lesbien par exemple, ce qui revient à mettre des hommes biologiques dans un groupe exclusivement féminin).

Nous voulons également faire la différence parce que contrairement à ce que beaucoup de gens croient, la majorité des personnes trans sont hétérosexuelles. Ce n’était pas le cas à la base, et c’est même la raison pour laquelle le T a été rajouté : pour inclure les hommes gays vivant leur vie comme des femmes. Mais depuis, de nombreuses personnes hétérosexuelles, non satisfaites par leur genre, se sont identifiées comme trans, et ont intégré le mouvement. Lorsque nous parlons des homosexuels, nous incluons les homosexuels trans (homme trans attiré par les femmes et femme trans attirée par les hommes) mais pas les hétérosexuels trans. Ils n’ont aucun intérêt à être inclus dans des débats qui ne les concernent pas.

Ensuite, nous voulons respecter le souhait de plus en plus d’hommes gays et de lesbiennes de vouloir être séparé.es du mouvement trans (voir la LGB Alliance[5]), qui a des racines profondément homophobes. Dans certains pays homophobes (l’Iran en est le meilleur exemple), la transition est utilisée comme moyen de thérapie de conversation des jeunes homosexuel.les. La définition officielle de la dysphorie, utilisée par les thérapeutes pour diagnostiques les personnes trans, correspond à une description de l’homosexualité telle que décrite par les homosexuels (voir le DSM-V et IV). De nombreux parents qui n’acceptent pas leur enfant homo acceptent leur enfant trans, car désormais leur orientation paraît hétérosexuelle. Les exemples sont nombreux et nous allons sans doute écrire plus en longueur sur le sujet.

Un des buts des homosexuels est l’abolition du genre, alors que le but des personnes trans est de le renforcer, même s’ils disent exactement le contraire. Ce n’est pas détruire le genre que de refuser un rôle social pour un autre, cela renforce l’idée que les gens doivent se conformer à un genre, peu importe lequel.

Pour toutes ces raisons, nous seront spécifiques lorsque nous parlerons des personnes trans, peu importe leur identité précise. Nous ne critiquons pas les individus (même si cela nous arrivera sans doute), mais l’idéologie selon laquelle il est possible pour un homme de se déclarer une femme malgré l’évidente impossibilité biologique que cela représente et les questions que cela soulève sur la sécurité des femmes.

Le reste

Le reste de la communauté est composée d’identités sexuelles variées qui ne se décrivent pas comme LGB, ou d’identités qui ne rentrent pas dans le terme trans. Il s’agit des personnes asexuelles/aromantiques, des personnes omnisexuelles, pansexuelles, demisexuelles, etc.

L’asexualité et l’aromantisme sont des concepts qui sont basés sur une pseudo-science, celle du modèle Split d’attraction, ou modèle d’attractions séparées. Il s’agit de personnes qui ne ressentent pas d’attirance romantique ou sexuelle, et parlent de leur attraction comme un spectre. Ces personnes ne subissent pas d’oppression en raison de leur absence d’attirance, mais peuvent être victimes de pression sociales à se mettre en couple (comme tout le monde, même si les femmes en sont plus victimes).

L’omnisexualité et la pansexualité sont des identités bisexuelles, comme le fait d’être une febfem par exemple. La pansexualité se décrit comme une sexualité dans laquelle une personne n’accorde pas d’importance à la nature des parties génitales d’un ou d’une partenaire. Puisqu’il n’existe que deux sexes et que cela revient à pouvoir être attiré par les deux, il s’agit de bisexualité. Pareil pour l’omnisexualité. En revanche, ces deux sexualités reposent sur des principes homophobes, comme le fait d’être attiré « par les personnes, et pas par leur parties génitales ».

La demi-sexualité (qui est une blague, en passant[6]) est une des nombreuses « orientations sexuelles » qui, au lieu de décrire la nature de l’attirance, décrivent la manière dont une personne se sent attirée. Ce n’est donc pas une orientation. Il en existe beaucoup, qui décrivent comme une personne ne sent attirée, à quelle fréquence, etc. Par exemple, les demi-sexuels disent ne ressentir d’attirance que pour les gens avec lesquels ils ont formé une relation émotionnelle et affective forte. Beaucoup de ces idées reposent dans une culture pornographique selon laquelle les gens sont tous prêts à avoir des relations sexuelles avec n’importe qui, n’importe quand. Elles sont symptomatiques d’une société hypersexualisée.

Toutes ces identités rentrent dans d’autres cases d’une manière ou d’une autre, mais sont décrites comme spécifiques. La plupart de sont pas la cause d’oppression, et encore moins d’oppression systémique. Nous les séparons donc du reste car, contrairement aux personnes trans qui peuvent subir de la discrimination, la plupart de ces identités sont « sans danger » pour les personnes qui se les approprient. Inversement, de nos jours, il est plus sécure de s’identifier avec une identité niche provenant de la « mode trans » (comme pansexuel) que d’être LGB.

Note sur les intersexes

En France, les personnes intersexes font partie de la communauté LGBT et sont représentées par un « I » dans l’acronyme, souvent juste après le « Q » de queer. Nous ne considérons pas les personnes intersexes comme faisant partie de la communauté tant qu’elles n’ont pas une identité LGBT ou sont attirées par le même sexe. Un article sera sans doute dédié à ce sujet mais en attendant : pourquoi ?

Être intersexe est une condition médicale

Il n’a pas pu vous échapper que les personnes homosexuelles, bisexuelles et transgenres sont le plus souvent contre la médicalisation de leur identité, qui est considérée naturelle. Les intersexe ne font pas exception, à la différence près qu’être intersexe requiers des soins médicaux, parfois un traitement à vie.
Les personnes intersexe souffrent d’une anomalie chromosomique qui peut donner lieu à un dérèglement hormonal, des déformations physiques, des parties génitales ambiguës, l’infertilité, et parfois même la mort. Si certaines personnes intersexe peuvent vivre leur vie sans traitement, ce n’est pas le cas de toutes, loin de là.

Les intersexes souffrent de la comparaison avec les transgenres

A l’internationale en tout cas, sachant que nos sources viennent des US et du Canada, les personnes trans ont l’habitude de se faire passer pour intersexes. Que ce soit Jessica/Jonathan Yaniv qui a affirmé à son procès avoir à la fois un vagin et un pénis, ce qui est impossible, ou de jeunes trans qui mentent à leur médecin[7] pour obtenir des hormones, les personnes intersexes sont utilisées comme prétexte par les personnes trans.
Les termes AFAB et AMAB (voir le glossaire) ont été pris à la communauté intersexe et sont utilisés par les personnes transgenres. A cause de la confusion entre sexe et genre, beaucoup de personnes intersexes sont confondues avec les personnes trans, ou considérées comme telles par défaut.

Les personnes intersexes ont demandé à être séparées de la communauté

Et c’est peut-être le point le plus important. Ce n’est pas (encore) le cas en France mais les communautés internationales intersexe ont demandé à ne plus être associées aux mouvement LGBT pour les raisons citées plus haut, ainsi que d’autres raisons plus variées.

Cette partie de l’article sera retirées quand l’article aura été rédigé, mais en attendant, voici les raisons derrière ce choix. La communauté LGBT est encore référée comme LGBTQI même à l’internationale, donc il nous arrivera d’utiliser cet acronyme.

Conclusion

Nous nous concentrons sur les personnes homosexuelles, qui sont virtuellement les seules à subir une oppression systémique. Les chiffres de meurtres sur les personnes trans dans le monde ayant été trafiqués[8], beaucoup de gens pensent qu’il est très à risque d’être transgenre de nos jours, alors que c’est faux.

La plupart des gens ne savent même pas de quoi il s’agit, et sont assez ouverts même s’ils ne comprennent pas (il reste toujours des personnes violentes, mais souvent cette violence est homophobe ou basée sur de l’homophobie). Le soutien aux personnes trans est très élevé, ce qui fait que même un jeune viré de chez lui a plus de s’en sortir s’il est trans qu’homosexuel. Les micro-identités comme demi-sexuel, agender ou pansexuel ne sont pas connues et célébrées hors des cercles LGBT+.

Encore une fois nous soutenons les droits des personnes trans, mais nous alertons sur les conséquences de les confondre avec les homosexuels. Cela ne provoque pas une convergence des luttes mais une aliénation, surtout lorsque les LGB et les TQ ont des objectifs radicalement opposés.

Comme nous considérons l’idéologie transgenre comme dangereuse, nous la séparons des homosexuels. Le féminisme radical est inclusif de toutes les femmes, incluant les femmes bisexuelle, lesbienne, ou transidentifiées. Nous accueillons les hommes trans, les personnes non-binaires de sexe féminin, toutes les femmes. Car nous savons que l’oppression est basée sur le sexe, ces personnes continuent de subir le sexisme, parfois de leurs pairs. Le féminisme est pour toutes les femmes, même celles avec lesquels nous ne sommes pas personnellement d’accord.

Sources externes :
(1) Exploring the Q in LGBTQ: Demographic characteristic and sexuality of queer people in a U.S. representative sample of sexual minorities
(2) George Cecil Ives
(3) Pre-Stonewall LGB History post sur Tumblr par unholy-lesbian
(4) Trans Rights Are Not Like Gay Rights! Trans is NOT the New Gay sur Youtube par Arty Morty
(5) LGB Alliance
(6) I don’t want to show my stupid, but I will sur archive.org par Factual Wriley
(7) Post sans titre sur Tumblr par Interinfo
(8) Trans Murder Rates : The Data


Si vous avez apprécié cet article, envisagez de me soutenir sur Tipeee !

CC BY-NC-SA 4.0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *