Catégories
Définitions

Intersexualité : Définition

« Être intersexe n’est pas LGBT. C’est une condition médicale. Ne nous incluez pas dans votre communauté sauf si nous sommes LGBT. »
zalgofy-remaking


Avec l’inclusion des personnes intersexes dans la communauté LGBT (représentées par un « I » ou par le +), de nombreuses personnes confondent ce qu’est l’intersexuation, la transidentité, la non-binarité et d’autres notions similaires.

Définition

Le terme « intersexe » remplace celui d’hermaphrodite, qui a été jugé non seulement mensonger mais dégradant et insultant. En effet, les personnes intersexes ne sont pas des deux sexes, ne sont pas un troisième sexe, et ne sont pas non plus « entre » les sexes.

Certaines personnes argumentent que le terme « intersexe » est lui aussi mensonger, ou en tout cas porte à confusion. Et en effet, il transmet l’idée d’un entre-deux, qui ne représente pas la réalité. Le terme Trouble du Développement Sexuel a été créé mais n’est pas encore démocratisé, notamment parce qu’on lui reproche d’être pathologisant. J’utilise le terme intersexe car c’est comme ça que les personnes qui ont cette condition se reconnaissent, mais je trouve que « TDS » est plus correcte pour décrire ce qu’est intersexe.

Donc, qu’est-ce qu’une personne intersexe ? Une personne intersexe est une personne dont le développement sexuel ne s’est pas déroulé correctement en raison d’une anomalie chromosomique, pendant la grossesse. Il existe environs 40 troubles intersexes, tous répertoriés. La population intersexe représente un infime pourcentage de la population générale, moins de 1%[1].

Les cas d’intersexuation provoquent le plus souvent une infertilité, peuvent être la source de maladies ou de handicaps, et dans les cas les plus extrêmes peuvent provoquer la mort. La plupart des fœtus intersexes ne sont pas viables car les variations dans le sexe ont de graves conséquences pour une espèce aussi dimorphique que la nôtre.

Exemples

Une notion importante pour définir si une personne est intersexe est la génétique. Être intersexe est une condition médicale provoquée par une anomalie chromosomique. En pratique, certaines maladies ressemblent à une condition intersexe, mais n’ont pas cette dimension génétique.

Par exemple le Syndrome de Stein-Leventhal (ou ovaires polykystiques) est une maladie touchant les femmes et provoquant un déséquilibre hormonal dont les conséquences peuvent être une masculinisation du phénotype (pilosité élevée ou avec un placement masculin, voix plus profonde, etc). Mais la source n’étant pas génétique, ce n’est pas un cas de femme intersexe.

Pour comparer, le Syndrome de Swyer est une maladie intersexe dans laquelle un individu avec un phénotype de femelle possède un caryotype XY, mais le gène SRY normalement présent sur le Y, responsable de la masculinisation, est absent ou inactif. On se retrouve donc avec une femme XY, et comme la cause est chromosomique on peut parler d’intersexuation.

Un autre sexe ?

Il est courant que des gens croient que les personnes intersexes sont un troisième sexe, ou prouvent que le sexe est un spectre au lieu d’une binarité (voir mes articles sur le sujet ici, et ici). C’est une interprétation fausse qui repose sur une méconnaissance de ce que sont le sexe et les troubles de son développement.

Pour qu’un troisième sexe soit découvert, il faudrait prouver l’existence d’un troisième type de cellule sexuelle, différente des spermatozoïdes et des ovules, et qui permette une fécondation. Hors, ce n’est pas le cas. Les personnes intersexes sont mâles ou femelles comme tout le monde car leur corps est organisé autour de la production d’un des deux types de gamètes, sperme et ovules. Seulement, cette configuration s’est mal passée, entraînant des variations.

Une identité ?

Vous l’aurez compris, être intersexe est avant tout une condition médicale avec laquelle on naît, même si elle peut être découverte à la puberté ou à l’âge adulte. Ce n’est donc pas une « identité » au même titre que l’homosexualité (qui est une orientation sexuelle) ou la transidentité (qui est une croyance sur le genre). Un grand nombre de personnes intersexes militent pour être retirées de l’acronyme LGBTI+ pour cette raison.

Il existe des groupes de personnes intersexes transgenres qui militent pour que le « I » soit retiré de l’acronyme, notamment pour éviter l’utilisation de leur condition médicale pour faire des argumentations militantes par les personnes transgenres dyadiques (non-intersexes).

Conclusion

Être intersexe est une condition médicale provoquée par un problème au niveau des chromosomes, pas une identité de genre et pas une orientation sexuelle. Les personnes intersexes sont très souvent victimes de mutilation génitales et de traitements facultatifs qui sont traumatisants. Certaines ont besoin de traitements à vie pour vivre dans de bonnes conditions.

Les féministes radicales soutiennent les personnes intersexes avec une priorité pour les femmes, militent contre les traitements non-nécessaires et pour un arrêt des chirurgies génitales, et dénoncent l’appropriation de la condition d’intersexe pour valoriser une idée du genre et de la biologie qui ne reflète pas la réalité.


Si vous avez apprécié cet article, envisagez de soutenir le blog sur Tipeee !

CC BY-NC-SA 4.0

Une réponse sur « Intersexualité : Définition »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *