Catégories
Définitions

La non-conformité de genre : Définition

Conformité : Caractéristique du comportement d’un individu ou d’un sous-groupe lorsque ce comportement est déterminé par la règle du groupe ou par une autorité.

La non-conformité de genre consiste, pour un individu (homme ou femme), à rejeter les stéréotypes de genre qui lui sont imposés par la société au sens large ou par son entourage. Ne pas se conformer au genre n’est pas forcément un choix. Que ce soit choisi ou pas, c’est perçue comme un acte de résistance, qui entraîne donc des sanctions sociales parfois très importantes.

La non-conformité de genre n’est pas la même pour les hommes et pour les femmes. Elle n’a pas les mêmes conséquences non plus. Elle est différente suivant les cultures, mais elle garde des points communs universels. Par définition, la non-conformité de genre se définit en fonction du genre, et ne peut pas exister sans lui.

La non-conformité féminine

Chez les femmes, le genre superficiel (l’apparence) consiste à être maquillée, épilée, aux cheveux longs, peu musclée, fine et habillée de manière à dénoter une disponibilité sexuelle pour les hommes (au travers de vêtements moulants par exemple). Ne pas conformer au genre féminin revient donc à faire l’inverse : exister dans notre état naturel, sans artifices, est déjà une forme de non-conformité.

Le genre profond (la socialisation), qui se voit moins, consiste à être hétérosexuelle, disponible sexuellement pour les hommes, discrète, polie, souriante, à beaucoup s’excuser, à prendre soin des hommes et de leurs enfants, etc. C’est la partie la plus pernicieuse, car nous sommes en permanence socialisées pour nous conformer à ces comportements. Pour y échapper, il faut s’entourer d’autres femmes qui ne conforment pas.

La non-conformité de genre chez les femmes est toujours révolutionnaire et anticapitaliste, car nous résistons à la subordination qui nous est imposée et nous vivons sans artifices capitalistes. Une femme qui ne conforme pas au genre est une résistante, et un exemple féministe positif pour les autres femmes.

La non-conformité masculine

Chez les hommes, le genre superficiel consiste majoritairement à juste exister dans leur étant naturel, en opposition aux femmes. Les hommes sont également autorisés à prendre de la place en se musclant et en n’étant pas poussés à mincir le plus possible. Pour cette raison leur non-conformité ressemble à notre féminité : porter du maquillage, des vêtements associés aux femmes, les cheveux longs, se raser, etc.

Leur genre profond (comportemental) consiste à dominer les femmes et à plaire à leurs propres idéaux. Être hétérosexuel, parler fort, regarder de la pornographie, considérer les femmes comme à leur service sexuel et domestique sont des traits considérés comme masculins et récompensés chez les hommes. Ne pas se conformer au genre consiste donc à éviter tout ces comportements toxiques.

La non-conformité de genre masculine n’est révolutionnaire que quand elle s’applique au comportement genré : acheter du maquillage et porter les cheveux longs ne remet pas en cause le patriarcat, n’aide pas les femmes, et participe au capitalisme. La non-conformité superficielle n’a de potentiel d’impact que pour les hommes gays, et ce potentiel reste très faible.

L’homosexualité

Comme je l’ai dit dans l’introduction, la non-conformité de genre n’est pas toujours volontaire. Si se raser la tête, arrêter le maquillage et arrêter le porno sont des actions conscientes de résistances à des normes, être homosexuel ne l’est pas. Hors, dans un monde où le genre est hétérosexuel (être une fille = aimer le rose et les garçons), être gay ou lesbienne est forcément un acte de défiance à l’ordre établi. C’est une des raisons pour lesquelles l’homosexualité est sévèrement punie. Elle révèle que le genre est artificiel.

Les lesbiennes et les gays n’ont pas choisi leur orientation, et même si ielles sont connues pour ne pas conformer (pensez aux lesbiennes butch et aux gays efféminés) ce n’est pas le cas de tous. Beaucoup d’homosexuel·les veulent simplement vivre leur vie sans que leur existence ne viennent perturber de normes, leur valant des persécutions et parfois la torture et la mort.

Conclusion

La non-conformité de genre est encouragée par le féminisme radical, qui vise le plus possible à perturber l’ordre hiérarchique du genre afin de l’abolir. En revanche, nous critiquons souvent la non-conformité masculine superficielle qui est contre-productive à la libération des femmes, et est souvent misogyne. Pour les hommes, le plus révolutionnaire est d’être des traîtres à leur classe, en arrêtant de se comporter comme ce que leur demande le patriarcat. Pas de mettre de l’eye-liner.

Pour les femmes, la non-conformité est à la fois plus facile à atteindre, et plus sévèrement punie. Cependant, en France, de moins en moins de femmes portent du maquillage et des talons sur leur lieu de travail, ce qui montre une amélioration. Le genre féminin est une violence faite aux femmes et y résister est un acte courageux qui peut inspirer de nombreuses femmes.


Si vous avez apprécié cet article, envisagez de me soutenir sur Tipeee

CC BY-NC-SA 4.0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *