Catégories
Définitions

La thérapie de conversion : Définition

Une thérapie de conversion, parfois appelée thérapie de réorientation sexuelle ou bien encore thérapie réparatrice par ses défenseurs, est un ensemble de traitements pseudo-scientifiques d’origines diverses utilisés dans le but controversé de tenter de changer l’orientation sexuelle d’une personne homosexuelle.


« Thérapie de conversion » est l’expression la plus courante pour parler d’un phénomène très vieux et ayant de nombreuses formes : le fait de vouloir qu’une personne homosexuelle ne le soit plus. Les justifications et objectifs de telles méthodes ont beaucoup changé avec le temps, je vais essayer de rester concise et claire pour cet article.

Principe

Le but de la thérapie de conversion est toujours de faire accepter des relations avec des personnes du sexe opposé à une personne homosexuelle. C’est ce qui définit toute technique qui relève de la thérapie de conversion. Parfois entrent aussi dans cette définition des méthodes qui permettent de rendre une personne « hétérosexuelle socialement », pour la rendre plus acceptable.

Les méthodes de thérapie de conversion sont deux choses : abusives, et pseudo-scientifiques. En effet, il a été prouvé de nombreuses fois que l’orientation sexuelle d’une personne est innée et inchangeable, il n’est donc pas possible de la changer. En pratique, la thérapie de conversion repose sur la haine de soi de l’individu. C’est la raison pour laquelle ces techniques sont abusives : pour qu’une personne veuille changer son orientation, elle doit forcément haïr cette partie d’elle-même.

Les thérapies de conversion sont majoritairement défendues dans un contexte religieux homophobe. Les jeunes qui les subissent passent par des mois de thérapie qui leur apprend à détester leur sexualité sous couvert de bienveillance, jusqu’à avoir internalisé cette haine comme la leur. Ensuite arrive une phase d’adaptation qui consiste à s’habituer à l’idée de ne plus être homosexuel-le, d’avoir « dépassé » son homosexualité, jusqu’à se convaincre de se sentir mieux. En pratique, beaucoup de jeunes ne survivent pas à ce traitement et se suicident.

L’homosexualité est souvent présentée comme une phase, un élément immature de la sexualité. Les travaux de psychanalystes et psychiatres comme Sigmund Freud ont renforcé ces théories et ont aidé à les introduire dans la psychologie moderne. La thérapie de conversion repose donc sur des théories qui nous viennent des « pères fondateurs » de la discipline, ce qui les rend « crédibles » pour le grand public malgré les recherches plus récentes sur le sujet.

La thérapie de conversion n’est pas toujours pratiquée par des institutions, bien que cela existe encore, notamment parce que ces pratiques sont interdites dans certains pays. En revanche, un très grand nombre de jeunes gays et lesbiennes font une thérapie de conversion DIY, à savoir qu’iels essayent seuls de se pousser à l’hétérosexualité en voyant que l’homosexualité n’est pas acceptée et par refus de leur orientation. Cela consiste généralement à s’éloigner le plus possible de tout ce qui est homosexuel, et à se forcer à avoir des relations (romantiques et sexuelles) avec l’autre sexe.

La thérapie de conversion peut aussi avoir lieu dans des groupe sociaux restreints (famille, amis…), si les membres du groupe poussent la personne homosexuelle à accepter l’autre sexe dans ses relations, et à rejeter le même sexe. Dans tous les cas, ce processus est très destructeur pour la santé mentale.

Les bisexuel-les

Il existe un débat sur la question des bisexuel-les. En effet, la majorité des personnes bisexuelles ne subissent jamais de thérapie de conversion grâce à leur attirance naturelle pour l’autre sexe. En revanche, leur attirance pour le même sexe est effacée par la société, mais il s’agit plus d’hétéronormativité et d’homophobie que de thérapie de conversion. Les bisexuel-les n’ont pas besoin d’être « converti-es » à l’autre sexe, mais on leur demande d’oublier leur attirance pour le même sexe. Cette invisibilité est vécue par certain-es comme une thérapie de conversion, mais ce vécu est contesté par les homosexuel-les.

Les thérapies de conversion modernes reposent de plus en plus sur le « modèle bisexuel », qui consiste à rendre la personne bisexuelle et pas hétérosexuelle. C’est une version plus fluide et acceptable qu’une conversion à l’hétérosexualité pour le grand public. Les jeunes gays et lesbiennes sont encouragés à explorer leur sexualité, à analyser leurs préférences et à examiner les possibilités dans le but de leur faire accepter l’autre sexe sans pour autant paraître homophobe. La thérapie de conversion ne vise pas les bisexuel-les, et ne les touche que par erreur (homophobie mal dirigée). Je considère que la thérapie de conversion est une problématique qui ne touche que les gays et les lesbiennes pour toutes ces raisons.

Les bisexuel-les subissent également des violences en rapport avec leur orientation, et peuvent subir de l’homophobie, mais les thérapies de conversion ont été créées spécifiquement pour convertir les gays et lesbiennes, pas les bi.

Conclusion

La thérapie de conversion est une violation des droits humains, mais dans une société aussi homophobe que la nôtre (et je parle à l’échelle planétaire), toutes les formes de thérapie de conversion ne sont pas considérées comme maltraitantes. Il est très important de rester vigilants sur le sujet car de nouvelles formes de thérapie de conversion, plus discrètes et vicieuses, sont en train d’apparaître.

Actuellement, le modèle utilisé aux États-Unis s’appelle le SAFE-T[1] (Sexual Attraction Fluidity Exploration in Therapy) et se base sur des rhétoriques libérales très proches de ce qu’on entend dans le milieu LGBT et sexe-positif. Il s’agit d’une nouvelle version des thérapies de conversion classiques, qui va poser de nombreux problèmes. L’accompagnement des jeunes gays et lesbiennes va devenir de plus en plus compliqué parce que les professionnelles ne sont pas formées à recevoir des jeunes homosexuel-les qui détestent leur orientation.

Sources externes :
(1) Modèle SAFE-T de thérapie de conversion


Si vous avez apprécié cet article, envisagez de soutenir le blog sur Tipeee !

CC BY-NC-SA 4.0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *